{Livre} Porcelaine, légende du tigre et de la tisseuse par Estelle Faye

Porcelaine-Estelle-FayeChangement radical de thématique ! Aujourd’hui, je vous présente un livre que j’ai beaucoup aimé récemment : Porcelaine, d’Estelle Faye.

Nous suivons les aventures de Xiao Chen, fils de potier maudit par un dieu pour avoir profané son territoire. Condamné à porter un visage de tigre, il intègre un cirque itinérant où la vie est dure mais les amitiés sincères. Cependant, en suivant la petite troupe, Xiao Chen va se retrouver à côtoyer d’encore plus près le surnaturel. Car des démons semblent en vouloir à l’une de leurs membres : Brume, une jeune fille à l’apparence fragile mais dotée de certains pouvoirs magiques…

Je dois l’avouer, c’est la couverture qui m’a fait craquer pour ce livre. Elle donne une impression de rêve, d’être sur un petit nuage sur le point d’être englouti dans des eaux sombres, non ?

DSC03442

Quoiqu’il en soit, c’est exactement l’ambiance du roman. Tant mieux, d’ailleurs, puisque Porcelaine est un livre dont l’attrait tient plus à son univers qu’à sa trame scénaristique. Nous voyageons donc dans une Chine ancienne qui craint encore les créatures de l’Autre Monde, où la frontière entre magie et lois naturelles n’existe pas encore. L’écriture, simple, arrive à créer une aura de mystère qui rappelle les contes chinois. À des moments, j’ai eu l’impression d’entendre ma maman me racontant une histoire pour m’endormir. Des villages miséreux, des villes animées, des campagnes isolées… nous naviguons dans une foule de décors différents, sans même qu’on s’en rende compte. Et c’est là toute la magie du roman. Il fourmille de détails, de petits éléments qui construisent l’ambiance, le background, mais c’est si savamment instillé au fil des pages qu’on a l’impression d’avoir toujours connu cet univers.

Pour autant, les personnages ne sont pas négligés. Leur personnalité est contenue dans leurs paroles, dans leurs actes, et dans quelques lignes succinctes mais efficaces.

Enfin, que ceux qui craignent de s’ennuyer se rassurent : il n’y a pas que du décor, le livre est également riche en action. Être une troupe de cirque n’est pas de tout repos, surtout lorsque des démons vous poursuivent.

Conclusion : Porcelaine est un roman très plaisant à lire, sans toutefois être un chef-d’œuvre absolu. Il manquerait une histoire originale pour cela, mais est-ce réellement possible sans que l’atmosphère en pâtisse ?

Poster un commentaire

1 commentaire

  1. Critique de "Porcelaine", Estelle Faye - Catherine Loiseau - Catherine Loiseau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :