Le Petit Magre ouvre le soir ! – Toulouse

Le-Petit-Magre-soir-1

Depuis le début du mois, le Petit Magre ouvre désormais le soir comme restaurant ! Bonne nouvelle pour toutes celles et tous ceux qui ne peuvent pas y aller le midi.

Qu’est-ce qu’on y mange ?

  • Un buffet d’entrées (« salad bar »), au poids : 2€50 les 100g. Comme le midi, elles changent d’un soir sur l’autre.
  • Un plat chaud à choisir parmi trois : un poisson et deux viandes, renouvelés chaque soir également.
  • Un dessert (4€50) ou une gaufre (6€50)

Il n’y a pas de formules, on est donc libres de ne choisir que des entrées (parfait pour les petits appétits comme moi). On peut aussi prendre au salad bar à emporter (2€/100g), pratique pour un repas rapide à la maison.

Comment ça marche ?

C’est spécial, le fonctionnement est basé sur le self-service.

  1. Chacun a une feuille avec la liste des plats. On coche celui qui nous plaît ou bien on laisse la feuille vierge, puis on l’apporte au serveur (près de la caisse).
  2. On se sert au buffet, puis on fait peser l’assiette. Le prix est rajouté à l’addition. Une fois les entrées terminées, on va reposer son assiette (comme au self).
  3. Une sonnette prévient quand un plat est arrivé en cuisine, et on va le récupérer soi-même (plus de détails après).
  4. Pour les desserts et les boissons, on commande à la caisse.

Le-Petit-Magre-soir-3

Ça a l’air assez compliqué mais finalement ça se passe assez bien en salle. Il y a tout de même pas mal de personnes qui ne prennent que du buffet, ce qui aide sûrement beaucoup. Le seul hic, c’est au niveau des plats chauds (gaufre incluse) à récupérer en cuisine. À part Mr. C, je n’ai vu que deux autres personnes y aller parmi une dizaine de plats servis. Le problème je pense, c’est qu’on ne sait pas forcément à qui est le plat en attente d’être servi. Je vous rassure, le gentil serveur est là pour sauver les plats oubliés ;)

Les petits « plus » du soir

  • La possibilité de choisir entre plusieurs plats chauds.
  • Le calme. Il y a nettement moins de monde le soir, en tout cas en semaine. Nous y sommes allés 4 fois (le mardi/mercredi/jeudi) et la salle n’a jamais été plus qu’à moitié occupée. Le Petit Magre attire cependant de plus en plus de monde en soirée, puisque nous étions seulement 8 la première semaine et une quinzaine cette fois-ci (4e semaine). Mais pourquoi j’écris ce billet, déjà ?

Est-ce qu’il faut y aller ?

Oui, oui et encore oui ! Bon, vous allez me dire que je suis une inconditionnelle du Petit Magre et que ce n’est absolument pas objectif… Mais de toute façon, aucun de mes billets ne l’est :p
Allez, pour être tout à fait honnête, c’est intéressant d’y aller le soir si vous avez un appétit modéré. Pour vous donner une idée, une assiette comme les miennes fait entre 400 et 450g (leur taille a augmenté récemment), soit environ 10€.

Le-Petit-Magre-soir-2

Des tempura au buffet !!

Sur 4 passages, nous avons eu 2 fois du saumon mariné, et aujourd’hui (enfin hier maintenant)… des tempura ! Oui, des TEMPURA !! *cris de joie*
Par contre, il faut avouer que froid c’est nettement moins bon que tout juste sortis de l’huile. Alors imaginez ma réaction quand, en plein dessert, une nouvelle fournée de tempura sont arrivées…

… Je l’ai fait ! Je suis allée me resservir (juste 3 tempura dans l’immense assiette). Et donc, entre deux bouchées de ganache au chocolat, j’ai pu goûter au croustillant, au moelleux et la légèreté des tempura du Petit Magre. Je sais, ça ne se fait vraiment pas, mais des tempura tout juste préparées ça ne se loupe pas. (La faute à Mr. C qui m’a rendue accro à ces beignets !). J’ai bien fait de craquer, parce qu’elles étaient excellentes, parmi les meilleures que j’ai goûtées jusqu’à maintenant. Juste en-dessous de Enishi et de Tsunahachi, si vous voulez tout savoir, car il y avait légèrement trop d’huile.

Si vous aussi vous avez envie d’y aller, ils sont ouverts le soir de 19h à 22h, et de 19h30 à 22h le samedi. Il n’y a pas de réservation.

http://www.lepetitmagre.com/

Du sucré à Paris – Pâtisserie des Rêves, Sadaharu Aoki & co

Bonjour !

Cette fois, c’est un billet un peu pêle-mêle sur mes découvertes sucrées à Paris. Je n’y vais pas souvent ni très longtemps, et j’en profite surtout pour faire des restaurants japonais quand j’y suis, donc il y a surtout des adresses connues. Les premières sont celles que j’apprécie beaucoup et auxquelles je retourne/retournerai à chaque fois que je peux/pourrai. À la fin, j’ai noté celles qui ne m’ont pas spécialement marquées ou qui ne sont pas d’un rapport qualité/prix/durée du transport (sur Paris, ça compte !) satisfaisant.

JP-Hevin

Jean-Paul Hévin

Ses macarons sont parmi mes préférés, tant au niveau de la texture que du goût. La coque manque un peu de densité, mais elle est compensée par la ganache. J’ai adoré leur chocolat, bien corsé et le mangue-coriandre. On peut les trouver au Lafayette Gourmet boulevard Haussmann.

Il paraît que ses préparations pour chocolat chaud sont délicieuses, je tenterai peut-être un jour.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Sadaharu-Aoki

Sadaharu Aoki

Ses palettes de « bonbons maquillage » sont colorées, c’est original et ludique. Au niveau du goût, c’est bon mais pas forcément marquant (du chocolat avec une ganache parfumée). Côté macarons, ils ont une bonne texture et surtout, j’aime les goûts insolites comme le matcha ou le yuzu.

J’aime beaucoup également leurs « chocorons », qui sont des macarons enrobés dans une coque de chocolat. Attention, ça n’a rien à voir avec des macarons classiques. Le goût se teinte de chocolat, la texture également est différente : l’extérieur est croquant et le macaron, qui garde son humidité, est plus tendre.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Pâtisserie-des-Rêves

La Pâtisserie des Rêves

Après ma déception au Sandyan, j’avais décidé d’aller goûter le Paris-Brest de la Pâtisserie des Rêves, réputé pour être l’un des meilleurs de Paris. J’en ai profité pour prendre également deux grands crus, vanille et chocolat. Leur salon de thé n’étant ouvert que du vendredi au dimanche, la vendeuse nous a indiqué un petit square à quelques pas de là. (D’où les pâtisseries encore dans leur boîte.)

Le cru vanille est surprenant, mousseux, aérien, avec un cœur très concentré et une base croquante. Tous les amateurs de vanille seront comblés ! En tout cas, je n’ai jamais goûté une pâtisserie aussi puissante en vanille. À côté, le grand cru chocolat est beaucoup plus commun. Très bon, corsé, texture dense qui fond doucement sous la langue… mais ça a un petit air de déjà-vu, tout de même.

Et enfin, le Paris-Brest. Ici, pas de déception bien au contraire. Tout est excellent : que ce soit la pâte à choux, la crème bien pralinée et même la forme très pratique pour la découpe. Fini les splotch dans l’assiette ! Bon, ce n’est toujours pas assez praliné à mon goût (il me faudrait du praliné pur, à mon avis), mais suffisamment pour me rendre heureuse. Oubliées, mes précédentes expériences ! Pour ne rien gâcher, la taille des pâtisseries est tout à fait satisfaisante – ce fut un goûter copieux.

Il faut compter 5€50 par pâtisserie, ce qui donne un rapport qualité/prix plutôt bon compte tenu du quartier. (Pour rappel, 5€50, c’est autant voire moins que le Sandyan à Toulouse. Dommage que je n’habite pas plus près de Paris !)

Le service est sympathique (souriant sans être familier) mais un peu lent, ce qui nous a laissé le temps de découvrir la boutique. On peut aussi noter le packaging japonisant, tout mignon et fonctionnel : les socles des pâtisseries sont fixés par des piques à bentô, ce qui limite les risques de glissade. Je suis fan !

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Paris-Sucre-1

(Les photos ne sont pas dans l’ordre, juste annotées par les lettres ci-dessous.)

A – Queen Ann

Un petit salon de thé « à l’anglaise » à deux pas du centre Pompidou, qui sert un chocolat chaud épais et corsé. Côté pâtisserie, c’est globalement bon. Il y avait un moelleux aux pommes correct mais sans plus et une tarte au chocolat qui manquait d’onctuosité. En revanche, la tarte aux noix était délicieuse, croustillante avec une touche de fondant. Petit bémol : les tables sont petites, pas pratique lorsqu’on est en groupe.

B – Aki Boulangerie

Rue Sainte-Anne, en face du restaurant éponyme. Elle propose des pâtisseries françaises revisitées à la japonaise, à savoir un fraisier à la chantilly, des « roll cakes », des éclairs au matcha… Si certaines sont bonnes, je trouve que globalement ça ne vaut pas son prix, et que ce n’est pas aussi satisfaisant qu’une bonne feuillantine. Il y a aussi des viennoiseries typiquement japonaises comme le « melon pan ».

Mais je vous conseille plutôt de tester, le « kare pan » (ou « curry pan »), une brioche fourrée au curry japonais, enrobée de panure puis frite. C’est juste délicieux et parfait pour le midi ou même comme quatre heure salé.

C – Kaffeehaus

Des pâtisseries originales, d’autres qui le sont moins. Ce qui est sûr, c’est que c’est assez cher et que le voisinage n’est pas terrible (hmmm la bonne odeur de poisson en terrasse !). Je retenterai peut-être à emporter, si j’ai le courage de faire 50 minutes de RER/métro.

D – La caféothèque

Un choix de cafés plutôt large au vu de la carte, mais je n’ai pas réussi à y trouver de l’Yirgacheffe (un de mes cafés préférés). Le serveur ne connaissait même pas, c’est dire… De façon générale, je n’ai pas apprécié le service : difficile de trouver un serveur/vendeur, un accueil assez froid et le manque de conseils. J’avais presque l’impression qu’on voulait nous éviter. Dommage, car l’endroit est vraiment charmant avec ses différentes salles, on aurait vraiment envie d’y rester pendant des heures.

PS : Je me rends compte que ce billet est vraiment long. Mais c’est mieux que de faire plein de mini-articles, qu’en pensez-vous ?

%d blogueurs aiment cette page :