[Livre] L’Heure du Bentô, Abe Naomi et Satoru & Lunch On! (NHK World)

obentounojikan-lheuredubento-11

Contrairement à ce que son titre peut laisser croire, L’Heure du Bentô n’est pas un livre de cuisine mais plutôt un mélange entre livre d’illustrations et documentaire. C’est le projet un peu fou de Abe Satoru et son épouse, Naomi, de faire le tour du Japon pour photographier des bentôs. Pas des bentôs réalisés par des professionnels, non, mais des repas de gens tout à fait normaux. Même si certains sont plus soignés que d’habitude pour l’occasion, les bentôs sont tous simples et naturels, donnant un bel aperçu de ce que les Japonais peuvent manger chaque jour.

Ces photos s’accompagnent d’une inteview du propriétaire du bentô : « Quels souvenirs vous inspire ce bentô ? ». Lycéen, conducteur de train, montreur de singe, chacun a une histoire, un souvenir d’enfance ou une anecdote à raconter sur sa vie quotidienne. Au travers de leur portrait, c’est un Japon plein de diversité qui se dessine.

obentounojikan-lheuredubento-2

obentounojikan-lheuredubento-3

Ces interviews ont été publiées dans la revue de la JAL, et les auteurs font également des reportages pour l’émission « Salameshi » (サラメシ) de la NHK, disponible en version anglaise le mardi sur NHK World sous le titre « Lunch on ! ». La chaîne est disponible en streaming directement sur le site officiel, mais fait aussi partie des bouquets télé de certains FAI (au moins SFR, Free et Orange). Elle est rediffusée plusieurs fois dans la journée, la dernière étant à 23h30.

L’émission est très sympathique à regarder : on suit plusieurs personnes pendant leur déjeuner, il peut s’agit de bentô mais également de repas au restaurant, ou bien de cantine d’entreprise. Les personnes sont également filmées durant leur travail, ce n’est donc pas uniquement un reportage culinaire. Dans une des dernières émissions, on suivait un technicien de téléphérique pendant qu’il vérifiait l’état des câbles sur une cabine (en marche !). Pour plus d’informations sur l’émission, il y a un billet bien détaillé sur Just Bento (en anglais).

NHKWorld-LunchOn

Informations :
L’Heure du Bentô, sur le site des éditions Picquier
Lunch on !, page d’information sur le site de NHK World
… et pour regarder en ligne : http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/

[Livre] Feed (The Newsflesh Trilogy), Mira Grant

Feed-Mira-GrantSynopsis :

Le virus Kellis-Amberlee, c’est la combinaison de deux vaccins expérimentaux contre le rhume et le cancer, provoquée par un journaliste en manque de scoop. Rien à redire sur l’efficacité : en se propageant dans l’atmosphère, le virus a éradiqué de façon définitive ces deux maladies. Le problème, c’est son effet secondaire : une fois mort, il prend possession de votre corps et pour propager de façon très zombiesque. Pas seulement les humains d’ailleurs. Des millions de personnes ont péri durant le « Jour des Morts » (the Rising, en VO), mais l’humanité a fini par s’en sortir.

Vingt ans plus tard, la plupart des gens vivent désormais cloîtrés chez eux, sous la dictature des tests sanguins. Dans ce monde paranoïaque, Internet est devenu la principale source d’information. Nous suivons trois bloggeurs, Shaun, Georgia, et leur amie Buffy, choisis contre toute attente pour couvrir la campagne présidentielle du sénateur républicain Rhyman. Leur côte de popularité est au plus haut, mais la gloire ne vient pas sans dangers…

Mon avis :

Les zombies, ce n’est pas franchement ma tasse de thé (Word War Z m’en a convaincue récemment).

Du coup, Feed est un roman que je n’aurais jamais lu s’il n’avait pas été dans le Hugo Voter packet 2011. Et ça aurait été bien dommage, car j’ai adoré ! En fait, il s’agit moins d’un film de zombies que d’un roman d’enquête. Les zombies, apparus vingt ans plus tôt, ne sont plus une véritable menace pour les vivants. Certes, des régions entières ont été « définitivement perdues », mais les zombies y sont bien confinés. C’est plutôt de leurs semblables que les humains ont peur, désormais. La méfiance règne, et les rassemblements de quelque nature que ce soit sont découragés. Des tests sanguins à l’entrée de chaque bâtiment, véhicule, voire pièce, sont là pour rassurer la population.

Bien sûr, il y a toujours des inconscients pour s’amuser à taquiner des zombies dans les zones non protégées (et retransmettre leurs exploits). Mais le cœur du premier tome, ce sont les conséquences, ou plutôt l’utilisation politique des zombies, la peur des autres, et la recherche de la vérité. Rhyman est confronté au gouverneur d’extrême droite Tate, figure antipathique qui ne reculera devant rien pour gagner la campagne.

Le roman est raconté à la première personne par Georgia, la tête pensante de l’équipe. Mais à chaque chapitre, des extraits des blogs de chaque personnage permettent de mieux les connaîtres ou d’avoir plus d’informations sur l’univers du roman. À tout moment, on a donc assez d’informations pour comprendre ce qu’il se passe, mais toujours de nouvelles choses à apprendre. Vraiment bien organisé.

Conclusion :

C’est un bon roman, très prenant, avec de multiples rebondissements. Mais si c’est du pur zombie que vous cherchez, vous risquez d’être déçu.

Disponible en version française aux éditions Bragelonne.

Et les autres tomes ? Le tome 2 (Deadline) est légèrement moins passionnant, mais sympathique à lire quand même. Par contre, le 3e (Blackout) vaut vraiment le coup. Bref, si vous appréciez le premier tome, vous ne serez pas déçu par les autres.

{Livre} Porcelaine, légende du tigre et de la tisseuse par Estelle Faye

Porcelaine-Estelle-FayeChangement radical de thématique ! Aujourd’hui, je vous présente un livre que j’ai beaucoup aimé récemment : Porcelaine, d’Estelle Faye.

Nous suivons les aventures de Xiao Chen, fils de potier maudit par un dieu pour avoir profané son territoire. Condamné à porter un visage de tigre, il intègre un cirque itinérant où la vie est dure mais les amitiés sincères. Cependant, en suivant la petite troupe, Xiao Chen va se retrouver à côtoyer d’encore plus près le surnaturel. Car des démons semblent en vouloir à l’une de leurs membres : Brume, une jeune fille à l’apparence fragile mais dotée de certains pouvoirs magiques…

Je dois l’avouer, c’est la couverture qui m’a fait craquer pour ce livre. Elle donne une impression de rêve, d’être sur un petit nuage sur le point d’être englouti dans des eaux sombres, non ?

DSC03442

Quoiqu’il en soit, c’est exactement l’ambiance du roman. Tant mieux, d’ailleurs, puisque Porcelaine est un livre dont l’attrait tient plus à son univers qu’à sa trame scénaristique. Nous voyageons donc dans une Chine ancienne qui craint encore les créatures de l’Autre Monde, où la frontière entre magie et lois naturelles n’existe pas encore. L’écriture, simple, arrive à créer une aura de mystère qui rappelle les contes chinois. À des moments, j’ai eu l’impression d’entendre ma maman me racontant une histoire pour m’endormir. Des villages miséreux, des villes animées, des campagnes isolées… nous naviguons dans une foule de décors différents, sans même qu’on s’en rende compte. Et c’est là toute la magie du roman. Il fourmille de détails, de petits éléments qui construisent l’ambiance, le background, mais c’est si savamment instillé au fil des pages qu’on a l’impression d’avoir toujours connu cet univers.

Pour autant, les personnages ne sont pas négligés. Leur personnalité est contenue dans leurs paroles, dans leurs actes, et dans quelques lignes succinctes mais efficaces.

Enfin, que ceux qui craignent de s’ennuyer se rassurent : il n’y a pas que du décor, le livre est également riche en action. Être une troupe de cirque n’est pas de tout repos, surtout lorsque des démons vous poursuivent.

Conclusion : Porcelaine est un roman très plaisant à lire, sans toutefois être un chef-d’œuvre absolu. Il manquerait une histoire originale pour cela, mais est-ce réellement possible sans que l’atmosphère en pâtisse ?

%d blogueurs aiment cette page :